L'Arche de Noé, "Chronique d'un cataclysme annoncé"

Publié le par Hervé Giacomoni

 


Chronique d’un cataclysme annoncé.

 

« Nous traversons une période difficile », nous disent-ils. C’est le moins que l’on puisse dire, entre la récession, les problèmes climatiques, sociaux, et j’en passe, le moral de notre civilisation est en berne et cela ne fait que commencer. Il est toujours facile de se diriger vers l’au-delà dans des moments difficiles, en attendant l’arrivée hypothétique de nos cousins de l’espace…on veut bien y croire, c’est bon pour le moral. Mais nous sommes bien seuls dans ce cas là quoi qu’on dise.

Les tensions géopolitiques ne font rien pour améliorer les choses, la Chine risque de sombrer elle aussi dans la récession, en tout cas la croissance commence dangereusement à se réduire chez eux aussi. Tout en restant optimiste, il faut tout de même avouer que les indicateurs de stabilité commencent a flirter avec le rouge orangé. C’est une impression ? Non. Chaque conflit majeur a eut des périodes similaires à ce que nous vivons actuellement. L’histoire se répète nous disent les anciens. Soit, ne soyons pas des oiseaux de mauvais augure.

Mais je vais rester vers le coté ésotérique de la chose, et de certains éléments qui n’ont pas été suffisamment relayés, qui donnent le sentiment que quelque chose d’inquiétant se passe et annonce l’arrivé d’un cataclysme. Pourquoi.

 

Lundi 19 juin 2006 sur TF1

 

Le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg a lancé lundi sur un archipel isolé de l'Arctique la construction d'une "Arche de Noé" végétale. Il s'agit d'un entrepôt destiné à assurer la survie des principales semences de la planète en cas de catastrophes naturelles ou nucléaires.

Protégée par une porte blindée et des murs de béton armé d'un mètre d'épaisseur, la future "chambre forte" construite dans une montagne de l'archipel du Svalbard pourra stocker trois millions d'échantillons de semences afin de garantir la survie à long terme des cultures vivrières fondamentales. Entourés par le permafrost (sol gelé en permanence) et par la roche, les échantillons, tels que le blé ou la pomme de terre, seront maintenus à une température de -18 degrés Celsius, ce qui garantira leur conservation pendant des centaines, voire des milliers d'années.

Le chef du gouvernement norvégien a symboliquement déposé un tube rempli de semences et de pierres à l'endroit même où la galerie sera percée sous la protection d'un policier armé prêt à éloigner d'éventuels ours polaires, relativement nombreux dans ces contrées que seuls 1000 kilomètres séparent du pôle Nord.

"Démarche presque religieuse"

Qualifiée d'"Arche de Noé" par le gouvernement norvégien ou encore de "chambre forte du jugement dernier" par ses concepteurs, la banque génétique devrait ouvrir en septembre 2007. "L'entrepôt a une importance internationale. Ce sera le seul en son genre car toutes les autres banques génétiques sont de nature commerciale", a déclaré Jens Stoltenberg, cité par l'agence NTB, en présence de ses homologues des pays nordiques. Si la Norvège, qui a financé la totalité des 3 millions de dollars nécessaires à la construction, sera chargée de la gestion de la chambre forte, les semences entreposées resteront la propriété de leur pays d'origine.

"Tous les pays disposent de collections de semences stockées dans des congélateurs", précise à l'Agence France Presse (AFP) Jean-Marie Prosperi, professeur à l'Ecole nationale supérieure agronomique de Montpellier et coordinateur des collections végétales de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra). "La capacité de stockage de 3 millions d'échantillons, prévue par le projet norvégien, est très importante", admet le chercheur. Mais selon lui, les semences ne pourront pas se conserver au-delà de 50 ans.

Par ailleurs, il souligne qu'"entre 30% et 50% des espèces ne sont pas conservables sous forme de semences dans la glace", dont les plantes tropicales, les arbres fruitiers et la vigne. Evoquant une "démarche presque plus religieuse qu'autre chose", Jean-Marie Prosperi "doute qu'un tel conservatoire puisse remplir sa mission si des événements tels que ceux envisagés venaient à survenir".

Fin de citation.


On parle ici de catastrophes naturelles et de guerres nucléaires. L’Arche de Noé voit ici tout son intérêt au regard de ce qui pourrait arriver à notre belle planète et notre civilisation. Impressionnant tout de même. D’autant qu’il existe des banques de stockages de part le monde, mais moins bien protégées en cas de catastrophes.  Mais ce n’est pas tout. J’ai été professionnellement très proche d’un ministère, et une information m’avait particulièrement intrigué. Celle que les grands parkings parisiens détenus par un grand constructeur de grands ouvrages et autres, se voyaient transformer en bunker anti-atomique pour recevoir un maximum de population. Effectivement on savait tous que la plupart des parkings souterrains étaient aussi conçus à cet effet. Mais une frénésie galopante de mettre au norme tous les parkings a vu le jour, à Paris mais dans les grandes villes de France, puis en Europe, puis dans le Monde. De rares informations confirment cette tendance étrange. En Suisse c’est la réactivation générale des bunkers et Bases militaires enterrées dans les montagnes. Il faut savoir qu’à la fin des années 90, la Suisse procédait au désarmement et démantèlement de ses bases secrètes. Et depuis quelques années, virage à 180°. Etonnant non ?

Nos chers stratèges redoutent-ils depuis, une guerre majeure, et là, je dis chapeau pour leur clairvoyance. Ou alors s’agirait-il d’autre chose qui viendrait d’ailleurs. Et bien évidemment on pense tout naturellement à 2012, et de l’arrivée hypothétique de Nibiru, encore et surtout elle. Qui selon la prophétie devrait dévaster la planète sur son passage. Pourquoi en parler, au risque de déclencher une émeute, il y a là, l’art de nous dissimuler d’étranges pratiques. Et nos gouvernants et autres nous cachent décidément d’autres choses,  il y a donc de bonnes raisons pour que nous mourions dans le silence.

Je vais peut-être aménager le puit de la maison familiale du coup. Sait on jamais.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article