Le phénomène hippies et l’amour universel

Publié le par Hervé Giacomoni

Le phénomène hippies et l’amour universel

 

"Le phénomène hippies est la forme romantique de la contestation." Robert Charroux

 

Le mouvement hippie est né à San Fransisco  en 1965. Pieds nus, ou bottés (les gardiens de la communauté), habillés d’étrange façon pour l’époque, ces jeunes étaient généralement issus de la classe bourgeoise. Le leitmotiv était la désobéissance et refusaient l’hégémonie mondiale basée sur la haine, la guerre, la destruction massive. Mouvement qui trouva un écho encore plus fort pendant le déroulement de la guerre du Viêt-Nam.

Ils sont contre la guerre, le racisme, l’injustice et ils manifestent leurs sentiments en se couronnant de fleurs, en prônant l’amour.

Ils opposent la philosophie hindoue de non-violence (qu’ils ne connaissent pas) à la morale chrétienne qui a failli. Ils sont pour la liberté de l’amour et méprisent (en principe) l’argent.

Ils se droguent pour fuir la réalité, ils se révoltent contre l’état fasciste de la société. Ils veulent tout mais ne donnent rien, ne travaillent pas et aspirent au bien-être des autres.

Cependant il existe un sens profond du mouvement qui n’a jamais ou rarement été évoqué, puisque trop politisé par la suite ce qui a conduit à une déviance pro marxiste.

Ou commence la matérialisation du refus.

L’enfant est placé au centre du monde, le nombrilisme voit ici toute sa raison d’être, il est assuré d’emporter l’intérêt dans le premier cercle familial et au delà, car qui est capable de faire du mal à un bébé ? L’égoïsme prend ici tout son sens et son éducation le formatera pour la vie. Mais la réalité rattrape l’enfant qui grandit et qui comprend qu’il n’est pas venu au monde grâce au petit Jésus, qu’il n’est pas né dans un chou ou apporté par les cigognes…vous remarquerez que ces termes disparaissent de nos jours. Il apprendra à ses dépends le dur labeur pour récolter le fruit de son travail. Alors baigné par tant de mensonges, de contradictions, ils se révoltera, et chaque génération aura son Woodstock. Aujourd’hui on retrouve un mouvement qui s’apparente aux hippies, le New age, puis la communauté des raves parties. Lieu de réunion souvent assimilés à celui du mouvement hippies de part ses similitudes, phénomène de société qui reprend les mêmes contestations d’il y a 40 ans. La crise donne encore du grain à moudre à ces jeunes (et moins jeunes) qui n’acceptent plus ce rythme imposé.

Un phénomène a eu lieu lors des réunions aux Etats-Unis, qui s’est répété de nombreuses fois et qui continue encore aujourd’hui. Tout est basé sur l’amour et l’échange, le partage, la jouissance. Et oui ce n’est pas évident d’entamer un tel sujet ici, bien que naturel, mais voilà qui va peut être nous guider sur un élément fondamental et universel qui consiste à gérer l’élévation spirituelle de l’individu, ce qui va lui permettre de prendre conscience de sa place dans l’univers.

Comme nous le savons tous, les plaisirs de la vie font que nous aimons manger de bonnes choses, profiter des loisirs et faire l’amour, ce qui procure des bienfaits connus puisque nous secrétons des hormones qui contribuent à notre bonne santé physique et mentale. Faites le tests (pour les sportifs réguliers) d’arrêter le sport et de cesser l’acte sexuel…vous serrez mal dans votre peau et vous développerez des pathologies anxiogènes. Les plaisirs sont des besoins vitaux, et pourtant les religions nous ont toujours fustigés sur les méfaits d’une telle activité et pour cause. Dans la pratique Indoue le kamasutra est un exercice visant à développer son corps et son esprit en faisant l’amour et surtout en prenant du plaisir. Les moines bouddhistes eux prônent le coté plus mystique de la chose puisque la jouissance n’est pas seulement physique mais intellectuelle et par définition spirituelle. La lévitation en est sa résultante…loin du cliché du moine volant, la lévitation est beaucoup plus induite, elle est spirituelle puisque lors de l’orgasme certaines personnes se sentent sortir de leur corps d’une certaine façon, ou voient d’autres mondes ( j’ai pour ma part souvent constaté ce phénomène, et sans l’usage de stupéfiants), mais pour en arriver là il faut un état de symbiose particulier avec sa ou son partenaire basé sur une très grande complicité et harmonie qu’on ne trouve pas systématiquement. Oui tout le monde, et je suis sur que ce terme vous fait sourire, pourquoi tout le monde ? Lors de ces mouvements hippies, l’échangisme était légion, et il est important d’écarter le caractère malsain de l’emprise sur l’autre ou de la révolte débridée ayant pour objectif « d’engrosser » la jeune fille bourgeoise de 16 ans qui annoncera à sa famille qu’elle est enceinte de 3 mois. Non ! Pas ici, il existait une communauté de hippies qui pratiquait le principe de l’échangisme à but véritablement spirituel où l’amour était plus dans la découverte de soi et de l’autre en multipliant les expériences pour parvenir à ce sentiment ultime du multi orgasme  visant à accéder à cet état tant recherché par nos protagonistes.

Des hypothèses rapportent que nos soit disant cousins de l’espace pratiqueraient l’échangisme qui serait bénéfique pour eux. Malheureusement plusieurs sectes ici bas usent et abusent de ce principe mal compris et généralement réservé à l’élite, je fais référence aux anges « cordon doré » des Raéliens. Mais j’arrêterais là cette comparaison évitant ainsi de donner du crédit à une pratique sectaire outrancière. Car je vous le répète, à partir du moment où on vous oblige à changer de méthode de vie ou de pensée, cela a pour principal objet une prise de contrôle globale. Même si certaines personnes ont besoins de se sentir portées, il y a des limites, hormis le fait de tomber sur de terribles manipulateurs.

Pour en revenir à notre groupe d’hippies, certains se sont réunis pour former une assemblée axée sur l’amour et le partage, oubliant l’origine du mouvement de révolte et ainsi s’isoler dans le but d’expérimenter ces instants magiques en prônant l’élévation spirituelle. En quelques jours, un phénomène étrange fit son apparition. L’une des personnes de l’assemblée leva soudainement la tête en montrant du doigt le ciel au dessus d’eux…un incroyable cercle lumineux s’était formé au-dessus du groupe. Plus tard la même observation fut faite et filmée par une caméra super 8mm de l’époque. Aujourd’hui encore, de tels phénomènes sont signalés de part et d’autre lors de réunions spirituelles, à Stonehenge, dans le Larzac, dans la forêts des Carnutes, des sites d’apparitions de Crop circle…

Ce groupe de hippies avait pour nom le groupe Alpha  ou Bêta, je ne sais plus, mais il y eut des témoignages de survols d’OVNI, et dit-on de la visite d’êtres venus d’ailleurs. On pourrait mettre ces incroyables faits au rang des visions hallucinogènes provoquées par les stupéfiants dont l’usage était permanent. Cependant, et quelques années plus tard, certains acteurs de cette expérience hors du commun n’ont jamais pu reprendre une vie normale, et constituèrent des groupes qui devinrent sectaires dont le résultat fut malheureusement tragique. Ces pionniers avaient certainement découvert, ou re découvert un principe de vie fondamental pour l’éveil du corps puis de l’esprit, un peu à la façon d’anciennes tribus pacifiques, à l’encontre des lois œcuméniques qui ne voulaient pas voir voler en éclat leur emprise sur le peuple, au risque que ce dernier prenne conscience de cette réalité subjective qui consiste à ouvrir les portes de la connaissance universelle… 

Une amie me confiait récemment qu’elle avait vécue une étrange sensation lors d’un coït avec d’autres couples, sans parler d’échangisme loin de là, mais d’un sentiment de bonheur partagé qui provoquait une sorte de bienfait collectif , très similaire à ce que l’on peut ressentir dans une église. Plutôt étrange comme comparaison, mais Jésus a dit de s’aimer les uns les autres…ce qui peut choquer les puristes. Mais alors, la jouissance spirituelle, qui prendrait le pas sur le physique à terme,  serait elle l’aboutissement d’un sentiment métaphysique ? Alors que nos hypothétiques êtres supérieurs attendraient patiemment un Flower Power planétaire pour se présenter à nous ? Ce serait beaucoup plus sympathique qu’un cataclysme naturel meurtrier. Faites l'amour, pas la guerre.

"Refuser l'amour, c'est ignorer la vie
Ne pas croire en sa propre existence, c'est refuser celle des autres
Avancer en solitaire, c'est l'assurance de se perdre
." hg

Photo montage: Umberto Molinaro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article