Des engins du futur

Publié le par Hervé Giacomoni

Si une civilisation avancée était présente sur Terre il y a plusieurs centaines de milliers d'années, alors que reste t'il de leur passage. Certains vestiges encore non identifiés existent pourtant, non identifiés et troublants de part leur fonctions...Un condensateur portatif par exemple, découvert dans les années 70 en amérique du sud, dont l'origine remontrait il y a plusieurs milliers d'années...

Un passé mystérieux.

Il y a quatre ou cinq millénaires, les Egyptiens savaient, par une fécondité artificielle, faire éclore des poulets sans faire couver les oeufs par des poules.

En mai 1972, un archéologue du Caire, en fouillant dans un coffre abandonné dans les enfers du musée, a découvert une sorte d'oiseau en bois de sycomore, de 18 cm d'envergure, pourvu d'une dérive en place de queue. Le plus étonnant est que l'avion ressemblait énormément à l'avion de transport américan "Hercule" C-130, que les égyptologues pensent qu'il s'agit d'une maquette de planeur vieille de 2400 ans.

L'écrivain danois Frede Melhedegard, spécialiste des civilisations anciennes vient de publier sur les hiéroglyphes et les fresques d'Egypte, une étude qui l'a conduit à conclure que les temples du Nil avaient été construits à l'aide de machines très prefectionnées. Il pense aussi que les Phéniciens connaissaient fort bien certaines applications de l'électronique, de l'électricité et en particulier de la galvanoplastie.

Selon F. Melhedegard, de nombreux hiéroglyphes seraient des reproductions stylisées de machines électriques et il appuie sa thèse en les confrontant avec des plans de moteurs ou de circuits, ce qui donne un résultat assez surprenant.

Poussant plus loin ses investigations il a établi le même parallèle avec les dessins et les fresques du Mexique, du Pérou et de l'Inde.

Les plans de temples qu'il a relevés ressemblent en effet si étrangement à des arrangements mécaniques que l'on est tenté d'y voir les épures de quelque mystérieux moteurs.

Sans abonder dans ce sens, il est néanmoins permis d'imaginer que les architectes et que les dessinateurs de l'Antiquité, sous l'effet de drogues hallucinogènes, ont été sollicités et guidés par des souvenirs chromosomiques ou par des prémonitions, de la même façon que Jules Verne puisait dans le XXéme siècle les inventions géniales décrites dans ses livres.

L'archéologue danois Frede Melhedegard assure que les Ancêtres Supérieurs cachaient leurs secrets scientifiques dans les plans architecturaux. Ce shéma de moteur d'automobile... est le plan du temple rupestre d'Ellora en Inde.

Publié dans phase

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article